Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures





















Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures






Sommaire
Janvier 1999

Côté cour / côté jardin
Mise en espace
Levers de rideaux
Lectures
Côté cour / côté jardin

La journée d’étude du 16 mai 98 nous a permis de dresser un panorama raisonné de la diversité des modes d’intervention en direction des jeunes publics. Les différents intervenants, en nous parlant très concrètement de leurs expériences, nous ont proposé des images contrastées, toujours sensibles et vécues, de leurs objectifs, de leurs modes d’existence et d’implantation dans une ville ou une région, dans la cité en général. Ils ont exprimé les difficultés qu’ils rencontrent, particulièrement dans leurs relations avec l’Etat et les DRAC. La transcription des débats fait actuellement l’objet d’une publication (parution février 99) qui complètera
le «livre blanc» rédigé par l’ATEJ en 95. Ainsi avec les évaluations qui sont faites chaque année, par notre association, depuis cinq ans, nous nous attachons à constituer un indispensable corpus pour une meilleure information sur les réalités artistiques, sociales et professionnelles du développement théâtral contemporain en direction des publics d’enfants et de jeunes.

Les questions posées par certains intervenants nous ont, par ailleurs, indiqué que de nombreux aspects de l’activité théâtrale en direction des jeunes publics mériteraient pour eux seuls, l’organisation d’autres journées d’échanges et de réflexions consacrées à la nature et au sens des relations entre artistes et diffuseurs, aux modes d’accompagnement et aux pratiques expressives du jeune spectateur et aussi, dans le cadre de l’éducation artistique, à la question de la complémentarité entre pratique du spectateur et pratique des activités dramatiques par les enfants eux-mêmes. L’ATEJ projette de réaliser prochainement une enquête, au niveau national, pour évaluer les différents modes de formation qui, dans le secteur jeune public, intéressent non seulement les enfants et les jeunes eux-mêmes mais aussi un grand nombre d’adultes (médiateurs, enseignants, intervenants culturels, etc…) en rapport avec le milieu associatif, les universités, les IUFM… Une journée d’étude particulière pourrait aussi s’intéresser au rôle des festivals. Leurs objectifs culturels et leurs ambitions artistiques sont diversifiés et leur fonction mérite d’être largement interrogée.

Enfin, une question récurrente a dominé l’ensemble des débats. Celle visant à l’établissement de relations véritablement nouvelles, enfin constructives, avec les pouvoirs de tutelle et particulièrement le Ministère de la Culture. Sur la base d’une perception plus objective des réalités artistiques. En fonction aussi d’un respect effectif du droit des enfants au théâtre, en tant que public particulier. Ce combat pour une nouvelle politique de l’Etat en faveur des jeunes spectateurs de théâtre est l’objectif primordial de l’ATEJ. Nous allons mobiliser toute l’énergie nécessaire pour obtenir la création du fonds d’intervention qui est la pierre angulaire des propositions de notre association «pour une politique de l’enfant spectateur». On parle à juste titre des différentes formes de fracture sociale. La politique théâtrale du Ministère de la Culture a longtemps accentué la fracture sociale entre jeunes et adultes et, sur l’ensemble du territoire, entre enfants des régions culturellement favorisées et enfants des régions culturellement défavorisées. Au moment où l’on se préoccupe de la citoyenneté des jeunes, il ne serait pas inutile de réduire enfin ces inégalités.


Mise en espace

Depuis 1993, l’ATEJ effectue chaque saison une enquête visant à dresser un état des lieux de la création et de la diffusion théâtrale en direction des publics d’enfants et de jeunes (spectateurs de moins de 15 ans). L’enquête, dont les résultats sont publiés ci-dessous, a été effectuée en novembre 98 et concerne la saison 97/98. Une prochaine enquête concernant la saison 98/99 sera réalisée en septembre 99.

ENQUETE ETAT DES LIEUX (SAISON 97/98)

Afin de préparer cette enquête l’ATEJ a répertorié pour la saison 97/98 :
6 centres dramatiques nationaux pour l’enfance et la jeunesse (CDNEJ)
182 compagnies professionnelles
165 lieux de diffusion (proposant, par saison, au minimum 3 spectacles pour spectateurs de moins de 15 ans)
22 festivals

Les questionnaires adressés à l’ensemble des compagnies et des établissements répertoriés portaient sur la fréquentation de la saison 97/98 et sur les spectacles (créations, coproductions, reprises) proposés pour la saison 98/99.

Ces questionnaires ont été diffusés en septembre 98.

Les résultats de cette enquête se fondent sur les questionnaires retournés par :
> 6 CDNEJ (Lille, Lyon, Montreuil, Sartrouville, Strasbourg, Vire)
> 88 COMPAGNIES PROFESSIONNELLES
> 51 COMPAGNIES SUBVENTIONNEES par le Ministère de la Culture dont
> 11 compagnies conventionnées
> 31 compagnies bénéficiant d’une subvention de fonctionnement DRAC
> 8 compagnies ayant bénéficié d’une aide au projet
> 1 compagnie ayant bénéficié d’une aide pour l’action de formation en milieu scolaire
> 37 COMPAGNIES NON SUBVENTIONNEES par le Ministère de la Culture

Leurs sources de financement sont extrêmement variées.
On note :
en priorité l’intervention des villes, des conseils généraux, des conseils régionaux, de syndicats intercommunaux,
ou encore le Ministère de l’Education Nationale, le Ministère Jeunesse et Sports et des organismes tels que FAS, FONJEP, ONDA, ADAMI, COTRAO
quelque fois aussi CAF, ANPE, Action Sociale.

Certaines compagnies bénéficient de subventions de la communauté européenne dans le cadre de projets européens.
Les banques et les médias peuvent aussi être partenaires.
Pour la plupart des compagnies non subventionnées par le Ministère de la Culture, le fonctionnement est fondé sur la recherche de coproducteurs voire sur l’autofinancement (recettes propres)

72 LIEUX DE DIFFUSION (hors CDNEJ) dont
> 15 scènes nationales
> 11 théâtres municipaux
> 11 centres culturels municipaux
> 3 maisons des jeunes et de la culture
> 4 festivals
> 28 établissements de statuts divers

49 de ces lieux de diffusion bénéficient d’une aide du Ministère de la Culture dont
> 15 scènes nationales
> 4 théâtres municipaux
> 6 centres culturels municipaux
> 1 MJC
> 4 festivals
> 18 autres lieux de statuts divers

22 lieux de diffusion sur 72 ne bénéficient d’aucune aide de la part du Ministère de la Culture

LES EQUIPEMENTS

CDNEJ
> Les 6 CDNEJ disposent chacun d’un lieu permanent de représentation :
> 3 disposent d’une seule salle
> 3 disposent de deux salles

COMPAGNIES
> 17 compagnies sur 88 disposent d’un lieu propre de représentation
> 2 disposent de deux salles
> 19 compagnies sur 88 sont en résidence
> 50 compagnies sur 88 ne disposent pas de lieu propre

LIEUX DE DIFFUSION

>
Sur 72 lieux de diffusion 60 établissements possèdent un lieu propre :
31 établissements disposent d’une seule salle
7 d’une salle de moins de 200 places
9 d’une salle de 200 à 400 places
12 d’une salle de plus de 400 places
3 ont des salles modulables

22 établissements disposent de deux salles
5 établissements disposent de trois salles
1 établissement dispose de quatre salles
1 établissement dispose de six salles

LES PROGRAMMATIONS

CDNEJ
2 CDNEJ programment de 5 à 10 spectacles par saison
4 CDNEJ programment plus de 10 spectacles par saison

COMPAGNIES
7 compagnies programment de 1 à 3 spectacles par saison
6 compagnies programment de 3 à 5 spectacles par saison
8 compagnies programment de 5 à 10 spectacles par saison
7 compagnies programment plus de 10 spectacles par saison

ETABLISSEMENTS DE DIFFUSION (hors CDNEJ)
9 établissements programment de 1 à 3 spectacles par saison
11 établissements programment de 3 à 5 spectacles par saison
30 établissements programment de 5 à 10 spectacles par saison
26 établissements programment plus de 10 spectacles par saison

LES REPRESENTATIONS

1 889 représentations ont été données par les 6 CDNEJ
Soit en moyenne 314,8 représentations par CDNEJ
Soit une progression de 6,31 % par rapport au chiffre moyen de 96/97 (296.10)

6 734 représentations ont été données par 75 compagnies ayant répondu à la question
Soit en moyenne 89,7 représentations par compagnie
Soit une progression de 17,76 % par rapport au chiffre moyen de 96/97 (76.17)

3 921 représentations ont été données par 70 établissements de diffusion
(hors CDNEJ) ayant répondu à la question
Soit une moyenne de 56,01 représentations par établissement
Soit une progression de 59,30 % par rapport au chiffre moyen de 96/97 (35.16)

LES PRODUCTIONS

CDNEJ
14 nouvelles productions en 94/95
18 nouvelles productions en 95/96
12 nouvelles productions en 96/97
10 nouvelles productions en 97/98

COMPAGNIES
CREATION
47 nouvelles productions en 94/95 pour 65 compagnies
66 nouvelles productions en 95/96 pour 71 compagnies
53 nouvelles productions en 96/97 pour 79 compagnies
95 nouvelles productions en 97/98 pour 88 compagnies

DIFFUSION
108 spectacles repris en tournée en 94/95
158 spectacles repris en tournée en 95/96
137 spectacles repris en tournée en 96/97
167 spectacles repris en tournée en 97/98

AUTRES LIEUX
27 nouvelles productions en 97/98 pour 72 établissements

LA FREQUENTATION

CDNEJ
391 879 spectateurs pour les 6 CDNEJ
soit 65 313 spectateurs en moyenne par CDNEJ pour la saison 97/98

COMPAGNIES
1 039 665 spectateurs pour 72 compagnies
soit 14 439 spectateurs en moyenne

AUTRES LIEUX (hors CDNEJ)
904 235 spectateurs pour 70 lieux
soit 12 917 spectateurs en moyenne

Soit au total 2 335 779 spectateurs de moins de 15 ans.

LES PROJETS 98/99

CREATIONS
6 CDNEJ annoncent 18 créations
63 compagnies annoncent 79 créations
25 autres lieux annoncent 51 créations

REPRISES
6 CDNEJ annoncent 16 reprises
72 compagnies annoncent 160 reprises
25 autres lieux annoncent 95 reprises


Levers de rideaux

THEATRE DUNOIS (Paris)
Depuis janvier 99, sous la direction de Nelly Le Grévellec, le Théâtre Dunois mise résolument sur le jeune public. Les raisons de ce choix sont nombreuses mais «la plus évidente est bien qu’un théâtre destiné au jeune public n’existe pas à Paris, qu’un tel lieu est indispensable aux artistes, également très utile au public comme point de référence dans la jungle des spectacles proposés aux enfants à longueur d’année dans la capitale».
Théâtre Dunois (108 rue du Chevaleret – 75013 PARIS – Tél. : 01.45.84.72.00 – Fax : 01.45.86.39.24)

THEATRE JULES VERNE (Nantes)
Sous la direction de Philippe Bouler, le Théâtre Jules Verne vient de s’ouvrir à Nantes à l’intention des jeunes publics. Pour sa première saison, il propose dix spectacles différents, en matinée et en soirée, avec possibilité d’abonnement.
Théâtre Jules Verne (Espace CIO – 11 rue de Mayence – 44000 NANTES – Tél. : 02.40.12.41.42 – Fax : 02.40.35.35.46)


Lectures

CHRONIQUE
«JEUNE PUBLIC : THEATRE, MARIONNETTES, DANSE, THEATRE MUSICAL»
Cet ouvrage rédigé par Dominique Bérody et Evelyne Lecucq et coordonné à l’AFAA par José-Manuel Gonçalvès, dresse une cartographie très complète des «faits et gestes du spectacle jeune public» en France. Cette publication est destinée à l’information du réseau culturel français à l’étranger (services culturels des ambassades, centres culturels français et alliances françaises) mais également à celle des partenaires français et étrangers de l’AFAA.
AFAA – 244 bd St Germain – BP 103 – 75327 PARIS Cx 07

L’EDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE
Dossier proposé par le numéro 38 (18 novembre 98) de la Lettre d’information du Ministère de la Culture et de la Communication.
Département de l’information et de la communication – 3 rue de Valois – 75042 PARIS Cx 01

CHARTE DES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC
Le texte définitif de la «charte des missions de service public pour le spectacle vivant» est publié dans le numéro 40 (16 décembre 98) de la Lettre d’information du Ministère de la Culture et de la Communication. Ce document a été adressé, le 22 octobre 98, aux Préfets par la Ministre, accompagné d’une circulaire qui en rappelle la portée en ces termes «L’objectif de ce document est de définir un cadre commun aux relations contractuelles entre le Ministère de la Culture et de la Communication et les organismes subventionnés par l’Etat dans le domaine du spectacle. La mise en œuvre de la charte doit permettre une généralisation progressive de la politique contractuelle, dont l’enjeu est une définition claire des missions et des objectifs à atteindre sur une durée déterminée (…)». Cette charte, selon Dominique Wallon, directeur de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles, «Témoigne d’un engagement fort de l’Etat en faveur de la création artistique et du développement du spectacle vivant.»
Département de l’information et de la communication – 3 rue de Valois – 75042 PARIS Cx 01