haut










 

 

 












haut

 

 

 

 

 

 

 















haut

 

 

 

 

 

 










janvier 2014




INFO ADHERENTS / ATEJ

LES EUROPÉENS ET LA CULTURE

Une enquête de la Commission Européenne publiée le 4 novembre (cf. Le Monde du 6/11/2013) démontre que les Européens vont de moins en moins au spectacle, fréquentent moins les musées et lisent moins de livres qu’en 2007. Ils se rendent moins au théâtre ou dans les concerts qu’il y a six ans (35% en 2013 contre 37% en 2007). Selon cette enquête, le nombre de personnes qui disent regarder des programmes culturels à la télévision est également en baisse (72% contre 78% il y a 6 ans). L’indice de la pratique culturelle est « très élevé » ou « élevé » pour 43% des Suédois, 36% des Danois et 34% des Néerlandais (pas de chiffre concernant l’Allemagne dans l’article de référence). On remarquera que dans les pays d’indice « élevé » ou « très élevé », il existe depuis plus de 50 ans une politique continue, clairement identifiable, en faveur notamment des jeunes spectateurs de théâtre. Les Français se classent seulement aujourd’hui à la sixième place avec 7% de citoyens dotés d’un niveau « très élevé » de pratiques culturelles et 18% d’un niveau « élevé ». Ce niveau est seulement de 8% en Italie, de 6% au Portugal et à Chypre, de 5% en Grèce. Autant de constats qui peuvent faire réfléchir les inspirateurs de la politique de désengagement menée depuis plus de 10 ans, en France, par le ministère de la culture.

QUESTIONS DE THEATRE
« Supposé … que les mots aient une force considérable par eux-mêmes. Que la voix ait aussi une vertu particulière qu’elle communique aux choses et qu’il y ait particulièrement dans le geste et dans le mouvement du corps une certaine expression, ne faut-il pas convenir que quand tout cela conspire ensemble, il doit s’en former quelque chose d’admirable et de parfait ? »    

QUINTILIEN (35-96), Institution oratoire, livre XI, chapitre III


L’inédit et la mémoire : « Le théâtre est peut-être cette scène lointaine qu’il nous faut amener à nous, qu’il nous faut donc chercher dans l’émotion ou la désespérance du faire, parce qu’il reste rebelle à toute réduction, définition, approximation. Il est enfant sauvage, regard lucide, corps émouvant, être en souffrance. Il est école dans son acharnement à représenter et à transformer la vie, mais il n’est école que s’il ne cesse de chercher son langage, d’aiguiser sa langue, d’affiner son geste. »

Georges BONNAUD, Colloque théâtre-éducation, Université Sorbonne Nouvelle Paris III (1985)

« Comment s’adresser aux gens de façon à ce qu’ils pensent leur vie autrement qu’ils ne le font d’habitude ? C’est à cette question que le théâtre, qui est le plus complet des arts, répond avec une incomparable force. »

Alain BADIOU, Eloge du Théâtre, Flammarion 2013


TROUS DE MEMOIRE

« Le futur appartient à celui qui a la plus longue mémoire. »

Friedrich NIETZSCHE

Dans un récent numéro de « la lettre du spectacle » (octobre 2013) Olivier Py, nouveau directeur du Festival d’Avignon, a livré les grandes lignes de son projet pour le festival 2014 et les suivants. Tout en affirmant de façon assez maladroite, qu’auparavant, « il n’y a jamais eu de spectacles jeunes publics dans la programmation ». C’est évidemment oublier un peu vite que de 1969 à 1974, d’abord à la demande de Jean Vilar puis à l’initiative de Paul Puaux, plusieurs spectacles de théâtre pour jeunes spectateurs (18 au total !) ont successivement figuré dans la programmation du festival « IN » (Demuynck, Yendt, Dasté, etc …).

Autre cas : le colloque « Entre théâtre et jeunesse : formes esthétiques d’un engagement », organisé à Arras (3/4 avril 2014) et à Grenoble (10/11 avril 2014) par Marie Bernanoce et Sandrine Le Pors, est présenté comme le « premier colloque universitaire international consacré aux relations entre théâtre et jeunesse dans la triple sphère française, francophone et européenne ». A moins de vouloir jouer sur les mots, on ne peut présenter un tel colloque comme étant le premier dans son genre. multiples colloques sur le sujet se succèdent régulièrement depuis au moins trois décennies. Certains d’entre eux ont eu la triple qualité d’être à la fois universitaires, européens et francophones, ce qui n’a d’ailleurs jamais été condition suffisante pour leur assurer la crédibilité requise.

Ces trous de mémoire à répétition n’ont évidemment qu’une importance très relative lorsqu’ils sont seulement la marque d’un déconcertant manque d’information. Il en va tout autrement lorsque, pour des raisons principalement idéologiques, ils participent d’une évidente volonté d’évincer, de faire sortir de l’histoire comme de l’actualité ,toute une composante du secteur théâtral jeunes publics. Celle dont les objectifs dramaturgiques, esthétiques voire éthiques se définissent comme ouvertement émancipateurs. Des conceptions pourtant essentielles car elles seules sont susceptibles d’imposer, au plus haut niveau d’exigence, la légitimité artistique de relations possibles entre théâtre et jeunes spectateurs. Mais elles sont rarement compatibles avec les orientations et les intérêts actuels du marché de produits culturels « jeunes publics » en tous genres. Comme vient de l’énoncer le metteur en scène belge Jean Debefve au sujet du secteur jeunes publics : « l’effacement de la mémoire est l’outil de la dictature du mercantilisme contemporain » (Petit Cyrano, Novembre 2013) 
 


INFORMATIONS PROFESSIONNELLES

  • Selon des informations récentes, il semble que seulement 18 à 20% des intervenants du secteur jeunes publics bénéficieraient aujourd’hui du statut d’intermittents du spectacle. Quel est le statut professionnel des autres intervenants ? Un processus de déprofessionnalisation du secteur est-il en marche ?
  • Après la rénovation du nouveau théâtre «Le Mouffetard/Théâtre des Arts de la Marionnette » (direction : Isabelle Bertola), la Ville de Paris a réouvert le Théâtre Paris-Villette avec un duo de directeurs (Adrian de Van/Valérie Dassonville) et un
  • programme tourné vers les enfants. Mais les soutiens de l’Etat (Ministère de la Culture) et de la Région Ile-de-France se sont envolés. « Les moyens financiers du TPV ne lui permettront pas d’avoir un budget de production mais il soutiendra les compagnies lors des résidences de création et d’ateliers avec le public ».
  • A Dijon « la Minoterie, pôle de création jeunes publics et d’éducation artistique », dirigée par Christian Duchange a ouvert ses portes le 13 décembre 2013.
  • UNE « BELLE SAISON » … Prévue de juillet 2014 à décembre 2015. Mise en œuvre par le Ministère de la Culture/Direction Générale de la Création Artistique (DGCA) avec l’appui logistique de l’ONDA. Selon le magazine « La Scène » (numéro 71 / Hiver 2013) « On pourra s’étonner du nom retenu puisqu’aucune référence au jeune public, à la jeunesse ou même au spectacle vivant ne figure dans l’intitulé ». D’autre part, l’engagement financier des pouvoirs publics n’est pas garanti « A la différence d’autres programmes nationaux passés, comme le Temps des Arts de la rue, cette « Belle saison » avance pour l’instant sans budget spécifique ». Comprenne qui pourra … Voir à ce sujet le texte « Triomphalisme et faux espoirs » publié dans la lettre d’information ATEJ du 21 Octobre 2013.
  • JOURNEE DE MOBILISATION DES ARTISTES : A l’initiative de divers syndicats et associations, parmi lesquelles le Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (SYNDEAC), journée de mobilisation lundi 13 janvier dans divers lieux culturels (11 régions concernées). L’événement intitulé « l’art en campagne » vise à interpeller les élus et les citoyens sur la place de la culture dans les politiques locales, à l’approche des élections municipales de mars. Les organisateurs dénoncent, également, l’érosion des crédits alloués à la création.

PUBLICATIONS

  • L’ouvrage « Théâtre et jeunes spectateurs, itinéraires, enjeux et questions artistiques raquo; publié par l’ATEJ en février 2012 est toujours disponible. Commandes sur le site des éditions Lansman (www.lansman.org) au prix de 11 €.

  • La nouvelle version 2013-2014 du répertoire ATEJ / Théâtre en France pour jeunes spectateurs (plus de 600 adresses) est consultable depuis début Janvier sur le site de l’association www.atej.net .
ATEJ / ADHESIONS / ASSEMBLEE GENERALE

Les formulaires d’adhésion ATEJ pour 2014 seront diffusés courant Janvier. L’assemblée générale ordinaire des adhérents de l’ATEJ aura lieu à Paris le 7 avril 2014

 

Le CA de l’ATEJ
Janvier 2014



ATEJ (Association du Théâtre pour l’Enfance et la Jeunesse)
99/103 rue de Sèvres   
75006 Paris

Fax :
01 45 48 20 22
courriel
contact@atej.net
site internet www.atej.net