Création
Diffusion




















Création
Diffusion




















Création
Diffusion




















Création
Diffusion




















Création
Diffusion




















Création
Diffusion







Sommaire
Mai 1993

Création
Diffusion
CHARTE THEATRE ET JEUNES PUBLICS

Les jeunes publics s’affirment de plus en plus comme partenaires effectifs de la vie artistique et culturelle.
Un nombre toujours croissant d’établissements culturels (Théâtres nationaux, centres dramatiques nationaux, scènes nationales, théâtres et centres culturels municipaux, etc...) leur proposent une gamme étendue de spectacles : théâtre, marionnettes, danse, musique, chanson, cinéma, cirque, expositions, etc...
Dans ce contexte le théâtre joue et doit continuer de jouer un rôle de tout premier plan. Sa nature d’art ontologiquement syncrétique, aux multiples dimensions intellectuelles et sensibles, donne un sens et des résonances spécifiques aux plaisirs de la représentation tout en lui permettant de se révéler comme espace culturel sans équivalent pour l’accès du plus grand nombre aux langages artistiques contemporains.

La conscience des enjeux artistiques et sociaux liés à la découverte du théâtre contemporain par les spectateurs dès l’enfance, impose une constante amélioration des conditions artistiques, financières et techniques de la création et de la diffusion.


Création

Cette amélioration passe par la reconnaissance active des enfants et des jeunes, en tant que spectateurs à part entière et comme partenaires nécessaires voire privilégiés de l’activité théâtrale contemporaine.

Dans le domaine de la création et de la production cette reconnaissance implique le refus des financements au rabais.

La création théâtrale pour les jeunes publics, à moins de sombrer dans la médiocrité, n’est pas un laboratoire de formation pour artistes inexpérimentés. Espace d’innovation pour créateurs authentiques elle offre à des artistes de haut niveau des possibilités multiples de parcours et de recherches personnelles.

Au niveau de l’Etat comme au niveau des collectivités régionales et locales, la volonté politique de favoriser l’accès des enfants et des jeunes aux formes et aux contenus de l’art théâtral contemporain doit se traduire par une meilleure appréciation des besoins matériels des artistes et des compagnies agissant dans ce sens. Ces besoins, faut-il le préciser, sont, en termes de financements et d’équipements, en tout point semblables à ceux exigés par toute forme d’activité théâtrale professionnelle de qualité. Ils doivent plus fréquemment s’inscrire, en fonction de la nature des projets, des modes de fonctionnement et d’implantation des compagnies, dans le cadre d’accords contractuels entre pouvoirs publics et équipes de création.

L’enrichissement de la création théâtrale à l’intention des publics dès l’enfance impose, simultanément, une constante recherche d’écritures nouvelles et, dans un esprit de décloisonnement, un effort accru et adapté pour susciter l’intérêt d’un nombre toujours élargi d’auteurs dramatiques (aides particulières à la commande, aides à la création, aides à la reprise, aides à l’édition).


Diffusion

Dans le domaine de la diffusion il est indispensable d’élargir encore le réseau des établissements qui organisent régulièrement de véritables saisons théâtrales à l’intention des spectateurs dès l’enfance. Ces «saisons» lorsqu’elles sont envisagées autrement que comme des programmations annexes peuvent s’affirmer comme partie intégrante de l’activité de ces établissements et bénéficier, comme cela est normal, des mêmes investissements humains, artistiques, techniques et financiers que ceux habituellement réservés aux actions théâtrales intéressant les publics adultes,

dans un esprit d’aventure et de risque artistiques fondé sur la diversité de la production française et européenne, sur la volonté de faire découvrir aux jeunes spectateurs la pluralité esthétique qui caractérise le mouvement du théâtre contemporain,

dans un respect actif du droit des enfants et des jeunes à une activité personnelle de spectateur, exigeante et intelligente, non seulement dans le temps scolaire mais aussi, de façon plus autonome et plus individualisée, dans l’espace social et dans le temps de leurs loisirs en compagnie de leurs amis et de leurs parents,

dans des conditions de communication et d’accueil renouvelées, en fonction de modes d’accompa-gnement adaptés mais qui doivent cependant s’inscrire dans une perspective identique à ceux proposés pour les autres publics (programmes individuels, affiches, expositions sur le spectacle, informations dans la presse, possibilités de contact et d’échange avec des médiateurs compétents soucieux d’évaluer les résonances de la représentation et privilégiant la volonté d’instituer les program-mations « jeunes publics » comme autant d’espaces de formation active à la culture théâtrale contemporaine),

dans l’indispensable souci de prendre rigoureu-sement en compte la nature, les exigences et les fragilités de tout spectacle de théâtre en offrant aux metteurs en scène et aux comédiens des conditions normales d’expression et d’exercice de leur métier (temps de montage adapté aux nécessités techniques du spectacle, horaires des représentations compatibles avec la préservation d’une interprétation de qualité, information convenable de la critique et des médias, etc...).
mai 93
Texte établi par les compagnies et centres dramatiques nationaux adhérents de l’ATEJ suite aux « forums des compagnies » du 1er février 1993