haut










 

 

 












haut

 

 

 

 

 

 

 



































































































































haut

























































haut































































haut

 

 

 

 

 

 










mars 2012

« ATEJ » versus « ASSITEJ » : Nouvelle distribution des rôles

L’ATEJ (Association du Théâtre pour l’Enfance et la Jeunesse) et le centre français de l’ASSITEJ (Association Internationale du Théâtre pour l’Enfance et la Jeunesse), désormais appelé « ASSITEJ France » sont, depuis mai 2011, devenus deux entités distinctes. Sur le plan juridique, et surtout en raison de divergences artistiques de fond.

Au départ, l’ASSITEJ a été fondée 1965 par l’ATEJ sur la base d’objectifs artistiques identiques en tant qu’association théâtrale internationale réunissant principalement, comme l’ATEJ, des compagnies théâtrales professionnelles s’adressant aux jeunes spectateurs.

Toutefois, depuis une quinzaine d’années, tout en conservant son acronyme initial, l’ASSITEJ devenue « ASSITEJ International » s’est progressivement écartée des objectifs artistiques fondateurs.

Sous l’influence dominante des pays de culture anglo-saxonne, elle a supprimé l’usage du français comme langue de travail et surtout élargi le champ de ses activités à l’ensemble des « performing arts » comme aux diverses formes de pratiques culturelles en milieu scolaire et au « theatre in education » (théâtre amateur par les enfants).

Une évolution et une perte d’identité artistique, contestée par l’ATEJ en tant qu’association fondatrice et qui, après plusieurs années de débats, de confrontations et de péripéties diverses dont nous avons régulièrement fait état, viennent d’aboutir à un inéluctable divorce.

DE QUOI « ASSITEJ France » EST-IL LE NOM ?

Bien que des « gens de théâtre » puissent en être adhérents, ASSITEJ France aura du mal à se faire passer pour une association théâtrale à proprement parler, puisqu’elle entend couvrir tout le domaine du spectacle vivant. On peut noter que le mot  « théâtre » lui-même a définitivement disparu de ses statuts, signe qui ne trompe pas.

Il s’agit donc majoritairement d’une association de diffuseurs et de programmateurs généralistes de spectacles jeunes publics parmi lesquels quelques femmes et hommes de théâtre seront toujours minoritaires.

Il s’agit d’une association composite alignée sur les nouveaux objectifs d’ASSITEJ International, destinée à devenir un outil de diffusion internationale sous l’égide de l’ONDA (Office National de Diffusion Artistique).

DE QUOI « ATEJ » EST-IL LE NOM ?

Pour rappel, l’ATEJ (Association du Théâtre pour l’Enfance et la Jeunesse) fondée en 1957, n’a jamais cessé d’accompagner et de promouvoir le développement en France d’un nouveau théâtre contemporain pour jeunes spectateurs, libéré de la notion de genre spécifique et visant à établir des relations émancipatrices possibles avec les jeunes publics dès l’enfance.

Les objectifs primordiaux de l’ATEJ sont à la fois la cause du théâtre et celle du droit des enfants à une activité autonome de spectateur de théâtre.

En effet, pour l’ATEJ, le théâtre, sous toutes ses formes, procède par essence de codes d’écritures scéniques et de dimensions symboliques, esthétiques, littéraires, philosophiques et civiques qui n’appartiennent qu’à lui.

En tant qu’association pour le théâtre d’art professionnel, l’ATEJ vise à rassembler au niveau national, dans toute la diversité des conceptions dramaturgiques et des esthétiques des artistes (metteurs en scènes, auteurs, comédiens, scénographes, etc.) ainsi que des professionnels de la diffusion théâtrale. Afin de maintenir et de développer, dans le contexte de l’élargissement du champ des pratiques culturelles lié à la révolution numérique, la place et l’influence de l’art du théâtre dans la société, son rôle spécifique pour la formation de l’esprit critique et l’expression individuelle des futurs citoyens.

En tant qu’observatoire théâtral permanent, l’ATEJ ne cesse d’identifier, d’approfondir et de valoriser la nature et les particularités des enjeux artistiques et sociétaux liés aux démarches du jeune spectateur de théâtre dès l’enfance. Pour cela l’ATEJ est une des rares associations professionnelles jeunes publics offrant aux paroles d’artistes la libre expression de leur diversité, de leurs singularités, de leurs préoccupations, de leurs aspirations. Au-delà des confusions sémantiques et conceptuelles du « tout culturel » conduisant trop souvent à noyer l’identité artistique du théâtre dans la multitude des « spectacles vivants » et autres « arts de la scène », l’ATEJ œuvre en permanence pour promouvoir l’identité de l’art du théâtre, et favoriser l’émergence d’œuvres théâtrales artistiquement significatives qui, comme cela ne cesse d’être démontré depuis plus de 50 ans, constituent un irremplaçable espace d’accès, dès l’enfance, à la poétique de la langue et aux forces vives de la littérature universelle.

Sur le plan des politiques artistiques et culturelles, l’ATEJ milite pour la reconnaissance effective des publics d’enfants en tant que publics à part entière. Dans le cadre d’une nouvelle politique théâtrale de service public de l’Etat et des pouvoirs publics régionaux. Avec pour nécessaire corollaire la revendication d’une indispensable parité des financements entre projets adressés aux publics adultes et ceux adressés de préférence aux publics dès l’enfance. Ce qui nécessite la redéfinition et la mise en œuvre par le Ministère de la Culture du dispositif ciblé d’intervention budgétaire, supprimé inconsidérément pour le seul théâtre pour jeunes spectateurs en 1999, alors que, en direction des enfants, ses déclinaisons ont été pérennisées pour la musique, la danse, le cirque, la littérature et l’édition.

Ce sont donc des objectifs artistiques et politiques clairement dessinés qui, aujourd’hui, situent précisément l’identité et le rôle de l’ATEJ parmi les autres organisations professionnelles jeunes publics. En tant qu’outil collectif et moyen d’expression pour tous les artistes ne s’accommodant pas de la situation actuellement faite au théâtre pour jeunes spectateurs, sur le plan de la création comme de la diffusion, et qui souhaitent, dans l’intérêt des enfants, imposer aux pouvoirs publics les décisions appropriées.

Texte adopté par l’assemblée générale du 26 mars 2012